100 pour 1 en Bocage

Et si on accueillait dignement


Actualité le 1er juillet 2022 à CHICHELe 1er juillet 2022 à CHICHE - Patrick BOUVIER chante "le temps"

Cela semble toujours impossible jusqu'à ce qu'on le fasse
(Nelson Mandela)

Et si on accueillait dignement les étrangers ?

  • En 2016, cela fait environ deux ans que, toutes les semaines, parfois tous les jours, nous entendons parler dans les médias du naufrage d’une embarcation de fortune dans la Méditerranée et du nombre de personnes décédées. Il est saisissant de voir grossir sans fin la liste des morts.
    L’association GRANIT (Nueil-les-Aubiers), et l’Atelier Mauléonnais prennent alors l’initiative d’organiser une réunion publique qui a comme objet la question migratoire, le 11 mai 2016 à Mauléon. Elle attire plus de 200 participants venus de tout le bocage bressuirais.
    Cette forte mobilisation pose une double question : sommes-nous concerné-e-s par ces situations et, comment pouvons-nous concrètement contribuer à l’accueil et à l’intégration de migrants sur notre territoire ?

  • Les échanges de cette journée ne concernent pas les seules personnes qui fuient leur pays par la Méditerranée, mais tous les migrants qui gagnent la France. Arrivé-e-s ici, si l’État français leur refuse le droit de séjour, ils se retrouvent en situation d’urgence et de grande détresse matérielle et morale. Des familles sont à la rue.
    De plus, au moment où se tient cette réunion publique, une famille d’Europe de l’Est est accueillie depuis six mois chez un particulier de l’Argentonnay. L’accompagnement par une équipe de bénévoles est compliqué et la question de l’hébergement devient capitale. à Bressuire, se vit une histoire similaire. Ces situations enrichissent la réflexion de vécu et de concret, et accélèrent la mise en place d’une association.

  • Il existe déjà à l’époque des associations qui s’appellent « 100 pour 1 », comme, entre autres « 100 pour 1 hébergement » à Mulhouse, « Emmaüs 100 pour 1 » à Tours. Cette appellation commune désigne un mode de fonctionnement similaire : 100 personnes donnent au minimum 5 € par mois afin de financer la location d’un logement décent et les charges afférentes. Le logement sert à loger une famille ou des personnes isolées qui vivent à la rue, dans l’attente d’un retour pour elle à l’autonomie. Dans ces associations, sont ainsi accueillies des personnes migrantes (qui, pour retrouver leur autonomie, devront obtenir leur régularisation), mais aussi des Français-e-s sans domicile fixe.

    Des renseignements sont alors pris auprès de ces « 100 pour 1 » et, le 9 novembre 2016, l’association « 100 pour 1 en bocage » est fondée, avec pour slogan « Et si on accueillait dignement ».

Quitter, Partir

Une quinzaine de familles sont accueillies ou l’ont été par l’association 100 pour 1 en bocage depuis sa création. Les raisons qui les ont poussées à chercher refuge en France sont diverses et cruelles.

La famille Djene*, son compagnon et leur enfant ont décidé de fuir leur pays pour échapper à un gang local. Chargé de proposer des prêts parallèlement au système bancaire, il les menaçait de mort pour non-remboursement.

La famille Avdéiev* a décidé de fuir son pays pour échapper à la guerre. Émigrée en Russie, elle y a subi des persécutions ethniques et la torture. La loi ne protège pas. Elle a alors fui en France.

Fatoumata Dambara* a dû fuir sans son enfant, retenu par sa belle-famille.

Petra*, son compagnon et leurs enfants,
Abbas*, sa compagne et leur enfant,
Fofana*, son compagnon et leurs enfants,
Muslim*, sa compagne et leurs enfants, tous ont décidé de fuir leur pays pour échapper à la persécution policière. Leurs histoires se ressemblent : les pères ont combattu dans l’armée adverse, qui a été défaite. Leur pays a été annexé par la puissance victorieuse. Considérés, même des années après la fin de la guerre, comme des opposants politiques, ils risquaient la torture et la prison.

La famille N’Guyen* a décidé de quitter son pays à cause des rapts d’enfants organisés par les réseaux de trafic d’organes.

Anya Delic* a décidé de fuir son pays avec son enfant pour échapper au conflit entre deux grandes familles rivales. Elle a d’abord fui dans une autre ville et a été retrouvée, agressée et menacée de mort. Les autorités ne s’interposent pas dans les conflits familiaux. Elle est partie en France.

*Tous les noms ont été modifiés.

07/2020 : Le dernier-né des familles accueillies par 100 pour 1 en bocage

JE FAIS UNE ACTION

Qui sommes-nous ?

100 pour 1 en bocage est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique. Fondée en 2016, elle a pour mission d’héberger et d’accompagner des familles qui sont à la rue dans le bocage bressuirais (Nord Deux-Sèvres), jusqu’à ce qu’elles puissent accéder de nouveau à leur pleine autonomie.
Les familles accueillies ont été jusqu’à aujourd’hui des familles de migrants qui, déboutées du droit d’asile, se retrouvent sans aucune ressource financière ni logement. Nous accueillions en septembre 2020 dix familles réparties dans différentes communes.

L’hébergement, loyer et charges, est financé par les dons mensuels de donateurs et donatrices. À raison de 100 personnes donnant 5€/mois, l’association peut offrir un logement à une famille.

Quelques chiffres

10 familles hébergées
250 Bénévoles
10 Partenaires
De nombreuses actions depuis 2016

LE BUREAU

Sophie TEMPEREAU

Sophie TEMPEREAU

Présidente

    "Un engagement auprès
    de personnes démunies....
    De belles rencontres,
    de beaux partages....
    Un travail d'équipe
    qui nous fait grandir....
    Que de richesses humaines
    à travers cette aventure !"

    Gaston AUVINET

    Gaston AUVINET

    Vice Président
      Bernard Arru

      Bernard Arru

      Vice Président

        "La chance d'avoir rencontré, (à travers le mouvement EMMAUS et bien d'autres associations dont 100 pour 1 en Bocage), les cabossés de la vie, Les SDF, les Sans Papiers…
        Rencontres parfois rudes mais tellement enrichissantes…
        Pour conclure une citation de L'abbé Pierre : « on ne peut être heureux sans les autres ». "

        Yvonne Bodet

        Yvonne Bodet

        Vice Présidente

          "Quelle belle aventure de rencontrer toutes ces familles!
          C'est aussi un chemin à faire de part et d'autre pour s'adapter.
          Seul, ce serait difficile mais grâce à la dynamique des membres de l'association, nous nous sentons stimulés et solidaires pour répondre à l'urgence des besoins."

          Marie-Laure Boisleau

          Marie-Laure Boisleau

          Secrétaire
            Nicole Billy

            Nicole Billy

            Trésorière

              "Heureuse de rejoindre cette chaîne de solidarité, avec tous les bénévoles et les familles accueillies"

              Michel Péaud

              Michel Péaud

              Vice Secrétaire

                Contact

                POUR TOUT RENSEIGNEMENT CONTACTEZ-NOUS

                Contact Info

                07.81.12.13.71
                100pour1enbocage@gmail.com
                Mairie d'Argentonnay
                11 place Léopold-Bergeon
                79150 ARGENTONNAY